2016 - Le canard de Duclair

jeudi 3 mars 2016

Le canard de Duclair à l’honneur

Le canard de Duclair a reçu le 3e prix national de la Fondation du Patrimoine pour l’agro-biodiversité animale. Le prix a été remis au salon international de l’agriculture, mardi 1er mars 2016 à 17h30.

photo du CSRAN

Face à la disparition du dernier élevage professionnel de canards de Duclair, le Parc naturel régional des boucles de la seine Normande a créé un conservatoire en 2014, afin de conserver la génétique de cette race en danger d’extinction, dont le berceau se situe sur le territoire du parc. Celui-ci souhaite créer une filière locale et valoriser ce canard aux grandes qualités gustatives .
Le jury a été sensible à l’aspect de sécurisation de la production d’œufs pour l’approvisionnement de la filière .

C’est la localité de Duclair en Seine-Maritime qui a donné son nom à ce canard. Il est issu de canards régionaux, en particulier du canard de Rouen .
Il est cité dans les écrits avicoles dès la fin du XIXe siècle, comme variété autochtone normande. Néanmoins, il faut attendre le 11 novembre 1923, pour qu’il obtienne son standard par Mme Bodinier-Poché, le Docteur Ramé et M. Chevallier.
Surtout présent dans sa région d’origine, on en trouve cependant dans d’autres régions de France, alors qu’à l’étranger il n’est pas connu.
Le canard pèse environ 3kg et la cane 2,5 kg. Son plumage présente un coloris noir bien uniforme. Une bavette blanche bien délimitée s’étend de la gorge à la poitrine. Le canard de Duclair a un jabot blanc sur son plumage noir. Cela lui vaut le surnom d’ « avocat ».

L’avocat : Alain Aubry

Le bec du canard est vert foncé, et celui de la cane ardoise foncé à noir. Il existe une variété bleue chez qui le noir est remplacé par du bleu gris.
Pendant la seconde moitié du XXe siècle, cette race périclita pour quasiment disparaître. Quelques éleveurs motivés ont alors entrepris son sauvetage.


Coups de cœur